Mon bilan et mes projets

Mon bilan à Uccle

 

Mon bilan à la Fédération Wallonie-Bruxelles

Essentiellement articulé autour des questions éducatives, l’ensemble des propositions, questions et interpellations que j’ai déposées se trouve répertorié sous ce lien: http://www.pfwb.be/les-deputes/joelle-maison

Les sujets sur lesquels je suis le plus souvent intervenue sont:

  • La maîtrise de la langue dans un contexte d’art et de culture
  • L’éducation à l’esprit critique et la place des religions à l’école
  • L’inclusion des élèves à besoins spécifique, l’enseignement spécialisé et les classes inclusives
  • L’interdisciplinarité à l’école: comment articuler théorie, technique et arts?
  • La culture de l’évaluation
  • L’apprentissage des langues et l’immersion linguistique
  • Ecole et numérique
  • Les questions d’orientation, les filières métiers, l’alternance et la formation
  • L’éducation à l’environnement
  • La pénurie et l’attractivité de la fonction d’enseignant
  • L’aide aux directions du Fondamental
  • La réforme des Statuts

Quelques réalisations concrètes....

  1. Intitulé (dimension philosophique qui n’était pas présente dans la déclaration de politique communautaire), et contenu du Cours de Philosophie et Citoyenneté. Même si l’on souhaite élargir ce cours à 2 périodes obligatoire par semaine pour tous les élèves, et lui donner une dimension de dialogue inter-convictionnel aujourd’hui très ténue, j’ai largement contribué à nourrir le contenu de ce cours tout au long de mon travail en GT Philo&citoyenneté, mis en place dès le début de la législature
  2. Le décret sur l’accueil, l’accompagnement et le maintien des élèves à besoins spécifiques dans l’enseignement ordinaire. Au départ, nous avions déposé une proposition de décret qui a été jointe à une autre et, à l’issue d’un travail de longue haleine - également en GT inter-partis - nous avons abouti à ce décret qui permet d’uniformiser les pratiques inclusives dans l’enseignement ordinaire, liste les aménagements raisonnables, et les éventuelles voies de recours offertes aux parents d’enfants « dys » ou porteurs de handicaps
  3. Nous avons participé activement aux négociations relatives à la séparation PO/PR de l’enseignement organisé par la FWB. Après avoir obtenu des garanties de la majorité en terme de dépolitisation et de représentation d’experts (non politiques) pour la moitié des administrateurs de la future structure, nous avons co-signé le décret défusion et dès lors, permis une réforme d’envergure, attendue depuis 30 ans. Il s’agissait aussi de l’une de nos propositions émises lors de la crise de l’été 2017: « supprimer la double autorité de la FWB dans l’enseignement officiel en confiant son rôle de PO à une autorité indépendante , afin de renforcer l’autonomie et la neutralité de l’enseignement officiel vis-à-vis du politique » 
  4. Dépôt et vote à l’unanimité d’une proposition de résolution sur la portabilité de l’ancienneté administrative des enseignants en FWB. En clair, grâce à mon initiative, l’ensemble des partis politiques représentés au parlement de la FWB s’est engagé à légiférer lors de la prochaine législature pour le décloisonnement entre réseaux d’enseignements: tout enseignant devra pouvoir faire valoir son ancienneté statutaire quelque soit l’école, le PO ou le réseau où il travaille. Ce qui va faciliter la vie des enseignants - surtout en début de carrière, va favoriser les échanges et collaborations entre écoles/PO/réseaux et va permettre de donner plus d’attractivité à la fonction.
  5. Lors de la dernière séance du parlement de la FWB, et du vote du « Code de l’Enseignement », j’ai semaine déposé un amendement à l’article 6 du Décret Missions afin d’y inclure la maîtrise de la langue française et, partant, de considérer cet objectif comme se trouvant au coeur des missions essentielles de l’école. dans cet article et donc, dans les missions fondamentales de l’école.

 

Mes projets pour la Région de Bruxelles et la Fédération Wallonie-Bruxelles

 

Mes projets en Petite enfance, Enseignement, Culture:

  • Une école obligatoire dès 3 ans (Fédéral)
  • Une école avec des profs! L’école est obligatoire mais de plus en plus d’élèves n’ont plus cours. C’est un inacceptable paradoxe. Il faut lutter, de toutes nos forces, contre la pénurie des profs. Rendre le métier d’enseignant plus attractif, en particulier pour les jeunes qui, pour 45 pc d’entre eux, quittent la fonction dans les 5 ans. Dans cette perspective, DéFI propose de décloisonner les réseaux d’enseignement, d’instaurer la portabilité de l’ancienneté administrative pour tous, indépendamment de l’école, du PO, du réseau, et d’offrir une prime à la pénibilité, aux profs qui travaillent dans des conditions beaucoup plus difficiles que leurs collègues. Au-delà de l’incitant financier, c’est de reconnaissance dont ces enseignants ont besoin! Enfin, nous voulons réformer la FIE en ce qu’elle devrait proposer 4° année en alternance. Cela permettrait de en pas accentuer la pénurie, de proposer une expérience pratique et rémunérée aux enseignants, au cours de leur cursus théorique, de renforcer l’encadrement dans les classes qui en ont le plus besoin et, enfin, de diminuer le coût de la FIE pour la collectivité.
  • Une école dont on sort en maîtrisant la langue. Focaliser notre énergie sur la maîtrise de la langue française et développement de l’esprit critique des élèves. Deux profs par classe durant certaines périodes de la journée pour les élèves les plus jeunes. Un cours de philo et citoyenneté élargi à 2 périodes hebdomadaires, où le fait religieux est présent comme fait historique et fait de société. Où l’on apprend à se situer, à remettre en question et à aiguiser son sens critique face à une croyance ou une information. Où l’on pratique le dialogue entre les différents courants religieux et philosophiques. Individualiser les apprentissages en fonction du profil et des difficultés de l’élève (= différencier). Mettre en place les 10 minutes « Silence, on lit ». Utiliser l’art, la littérature, le théâtre, .... comme incitant à l’apprentissage de la langue.
  • Une école dont on sort bilingue ou trilingue. Apprendre à communiquer et à dialoguer, mais aussi dans la langue de l’autre. Multiplier les chances de s’épanouir personnellement et professionnellement dans une Région cosmopolite et multilingue. Rendre possible l’enseignement immersif à Bruxelles, dans d’autres langues que le néerlandais, tout en maintenant le volume des cours requis dans notre deuxième langue nationale.
  • Une école qui lutte, de toutes ses forces, contre le harcèlement en milieu scolaire. Former les équipes à détecter et prévenir ce fléau. Instaurer des jeux de rôle formant les élèves à l’empathie, dès les classes maternelles. Évaluer de façon bienveillante et formative plutôt qu’au travers d’évaluations-sanction. Pratiquer la remédiation entre élèves et inciter à l’entraide. Cesser d’opposer les concepts d’école bienveillante à école d’excellence.ne pas opposer à rigueur dans les apprentissages).
  • Une école de la modernité où tous les types d’intelligences sont exercés. Abstraite, verbo-linguistique, logico-mathématique, technique, artistique. Mêler apprentissages théoriques avec pratique. Donner du sens.
  • Une école où les filières métiers sont valorisées. Parce qu’elles sont l’avenir! Les métiers de la construction durable, les métiers liés à l’économie circulaire, les métiers liés au codage informatique et à l’intelligence artificielle, les métiers liés à l’agriculture urbaine. Ouvrir 4 écoles de codage à Bruxelles.
  • Régionaliser le financement des bâtiments scolaires afin notamment de pouvoir faire appel à des fonds européens. Isoler et rénover le bâti scolaire. Comment peut-on accepter que nos infrastructures scolaires se trouvent dans un tel état, à l’heure où l’on sait que 60 pc des émissions de gaz à effet de serre sont liés au chauffage des bâtiments ! Construire des DOA (degrés autonomes) et dans le même temps, fermer les filières qualifiantes qui ne qualifient pas !
  • Décloisonner les secteurs de l’enseignement en alternance (FWB) et de la formation en alternance (Régions). Mutualiser nos ressources et, au sein d’un parcours diversifié, des certifications communes.
  • Refinancer l’enseignement supérieur à concurrence de 150 millions. Évaluer le Décret Paysage. Supprimer le contingentement Inami (Fédéral)
  • Mettre un grand débat sur la place de la Culture dans notre société à l’ordre du jour d’un Groupe de Travail parlementaire tous partis confondus, dès l’installation du nouveau parlement de la FWB. Réunir les compétences de la Culture et de la Recherche scientifique sous un même ministère.
  • Travailler à un réel statut d’artiste (Fédéral)

 

Mes projets prioritaires en termes de qualité de l’air, environnement et mobilité

  • Améliorer l’offre de transports publics en termes d’horaires élargis, de capacité, de fréquence. Investir le réseau ferré bruxellois.
  • Prolonger, en parallèle, les lignes de métro existantes et en créer d’autres - réfléchir, planifier, à moyen et long termes!
  • Offrir un « Pass mobilité » pour faciliter et favoriser le transport multimodal. Ce « Pass » devra rassembler l’ensemble des offres de transport, tant publics que privés. Il se concrétisera en une application en une carte incluant tous les modes que l’on souhaite utiliser. Il suffira de scanner pour passer d’un mode de transport à un autre (ex: tram STIB - trottinette Lime - vélo électrique Jump - train réseau S - avec scan pour la facilité d’usage.
  • Proposer des taxis collectifs (minibus électriques) qui assureront le lien avec les quartiers mal desservis par les transports publics classiques (bus, tram, train).
  • Améliorer les aménagements pour les piétons. Multiplier les pistes cyclables protégées. Proposer des rames de métro spécialement dédiées aux vélos durant les heures de pointe. Lutte contre le vol de vélos. Installer des box sécurisés dans les gares et les parkings de dissuasion. Sécuriser les abords d’écoles.
  • Remplacer la Taxe de Mise en Circulation et la Taxe de Circulation par une Taxe Kilométrique Intelligente. Les automobilistes qui sont contraints d’utiliser leur voiture durant les heures de pointe paieront enfin pour un vrai service, c’est-à-dire une route fluide et sans embouteillages. Avec l’objectif de réduire la circulation automobile de 10 à 15 pc et de faire contribuer les 220.000 navetteurs aux infrastructures de mobilité bruxelloise, dans lesquelles nous réinvestirons de façon massive.
  • Isoler les écoles (fonds européens), montrer l’exemple en procédant à une isolation massive et systématique de nos bâtiments publics. Inciter les propriétaires à isoler leurs maisons et appartements via une réduction progressive de leur Précompte Immobilier et des prêts à taux réduits (tiers investisseur).
  • Rendre possibles le travail à domicile et les horaires flottants dans les administrations et les inciter dans le privé

Close