Fake News - Il faut aider les jeunes à développer leur esprit critique!

Fake News - Il faut aider les jeunes à développer leur esprit critique!

Fake News – Il faut aider les jeunes à développer leur esprit critique!

Ce mardi 12 juin, en commission de l’Éducation du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la députée DéFI, Joëlle Maison, a interpellé Marie-Martine Schyns, ministre de l’Éducation, au sujet des Fake News et de l’éducation des élèves aux médias.
Internet est devenu la première source d’information des jeunes
Internet représente une véritable révolution pour la communication et l’accessibilité à l’information. Cependant, cet outil a contribué à l’arrivée d’un phénomène plutôt dangereux s’il n’est pas compris, à savoir la cohabitation de sources différentes. Il est ainsi possible de retrouver côte à côte des productions contrôlées et vérifiées par un travail éditorial et d’autres, individuelles, publiées sans contrôle, et largement diffusées par les réseaux sociaux et les plateformes de vidéo en ligne.
Pour Joëlle Maison, cette juxtaposition d’informations nécessite un tri et une confrontation des sources. Il n’est évidemment pas facile de distinguer une information d’une opinion ou encore une rumeur d’une publicité. Il faut alors hiérarchiser l’information, réfléchir, identifier l’auteur et ses sources. Par conséquent, prendre du recul par rapport à l’information reçue est devenu indispensable. « C’est justement cet esprit critique qui semble faire cruellement défaut aux jeunes générations », poursuit Joëlle Maison.
Le CSEM, organisme fondamental pour le développement de l’esprit critique des jeunes
Au-delà de l’imposition d’une plus grande transparence pour les moteurs de recherche et les entreprises médiatiques, la société doit apprendre à se réapproprier l’information. « La désinformation est un enjeu de société crucial, qui nous dépasse et dépasse les jeunes en général », déclare Joëlle Maison. Pour lutter contre ce phénomène, la députée DéFI demande que le budget alloué au Conseil Supérieur de l’Éducation aux médias (CSEM) soit réévalué. En effet, « continuer de considérer qu’un budget d’un euro par élève scolarisé en Fédération Wallonie-Bruxelles est suffisant pour contribuer au développement de leur esprit critique est un déni de l’un des plus grands enjeux de notre société », conclut Joëlle Maison.

Laissez un commentaire

Close