Mon Bilan Et Mes Projets

Mon bilan à la Fédération Wallonie-Bruxelles

Essentiellement articulé autour des questions éducatives, l’ensemble des propositions, questions et interpellations que j’ai déposées se trouve répertorié sous ce lien: http://www.pfwb.be/les-deputes/joelle-maison

 

Les sujets sur lesquels je suis le plus souvent intervenue sont:

  • La maîtrise de la langue dans un contexte d’art et de culture
  • L’éducation à l’esprit critique et la place des religions à l’école
  • L’inclusion des élèves à besoins spécifique, l’enseignement spécialisé et les classes inclusives
  • L’interdisciplinarité à l’école: comment articuler théorie, technique et arts?
  • La culture de l’évaluation
  • L’apprentissage des langues et l’immersion linguistique
  • Ecole et numérique
  • Les questions d’orientation, les filières métiers, l’alternance et la formation
  • L’éducation à l’environnement
  • La pénurie et l’attractivité de la fonction d’enseignant
  • L’aide aux directions du Fondamental
  • La réforme des Statuts

 

Quelques réalisations concrètes….

  1. Intitulé (dimension philosophique qui n’était pas présente dans la déclaration de politique communautaire), et contenu du Cours de Philosophie et Citoyenneté. Même si l’on souhaite élargir ce cours à 2 périodes obligatoire par semaine pour tous les élèves, et lui donner une dimension de dialogue inter-convictionnel aujourd’hui très ténue, j’ai largement contribué à nourrir le contenu de ce cours tout au long de mon travail en GT Philo&citoyenneté, mis en place dès le début de la législature
  2. Le décret sur l’accueil, l’accompagnement et le maintien des élèves à besoins spécifiques dans l’enseignement ordinaire. Au départ, nous avions déposé une proposition de décret qui a été jointe à une autre et, à l’issue d’un travail de longue haleine – également en GT inter-partis – nous avons abouti à ce décret qui permet d’uniformiser les pratiques inclusives dans l’enseignement ordinaire, liste les aménagements raisonnables, et les éventuelles voies de recours offertes aux parents d’enfants « dys » ou porteurs de handicaps
  3. Nous avons participé activement aux négociations relatives à la séparation PO/PR de l’enseignement organisé par la FWB. Après avoir obtenu des garanties de la majorité en terme de dépolitisation et de représentation d’experts (non politiques) pour la moitié des administrateurs de la future structure, nous avons co-signé le décret défusion et dès lors, permis une réforme d’envergure, attendue depuis 30 ans. Il s’agissait aussi de l’une de nos propositions émises lors de la crise de l’été 2017: « supprimer la double autorité de la FWB dans l’enseignement officiel en confiant son rôle de PO à une autorité indépendante , afin de renforcer l’autonomie et la neutralité de l’enseignement officiel vis-à-vis du politique » 
  4. Dépôt et vote à l’unanimité d’une proposition de résolution sur la portabilité de l’ancienneté administrative des enseignants en FWB. En clair, grâce à mon initiative, l’ensemble des partis politiques représentés au parlement de la FWB s’est engagé à légiférer lors de la prochaine législature pour le décloisonnement entre réseaux d’enseignements: tout enseignant devra pouvoir faire valoir son ancienneté statutaire quelque soit l’école, le PO ou le réseau où il travaille. Ce qui va faciliter la vie des enseignants – surtout en début de carrière, va favoriser les échanges et collaborations entre écoles/PO/réseaux et va permettre de donner plus d’attractivité à la fonction.
  5. Lors de la dernière séance du parlement de la FWB, et du vote du « Code de l’Enseignement », j’ai semaine déposé un amendement à l’article 6 du Décret Missions afin d’y inclure la maîtrise de la langue française et, partant, de considérer cet objectif comme se trouvant au coeur des missions essentielles de l’école. dans cet article et donc, dans les missions fondamentales de l’école.

 

Mes projets pour la Région de Bruxelles et la Fédération Wallonie-Bruxelles

Mes projets en Petite enfance, Enseignement, Culture :

  • Une école obligatoire dès 3 ans (Fédéral)
  • Une école avec des profs! L’école est obligatoire mais de plus en plus d’élèves n’ont plus cours. C’est un inacceptable paradoxe. Il faut lutter, de toutes nos forces, contre la pénurie des profs. Rendre le métier d’enseignant plus attractif, en particulier pour les jeunes qui, pour 45 pc d’entre eux, quittent la fonction dans les 5 ans. Dans cette perspective, DéFI propose de décloisonner les réseaux d’enseignement, d’instaurer la portabilité de l’ancienneté administrative pour tous, indépendamment de l’école, du PO, du réseau, et d’offrir une prime à la pénibilité, aux profs qui travaillent dans des conditions beaucoup plus difficiles que leurs collègues. Au-delà de l’incitant financier, c’est de reconnaissance dont ces enseignants ont besoin! Enfin, nous voulons réformer la FIE en ce qu’elle devrait proposer 4° année en alternance. Cela permettrait de en pas accentuer la pénurie, de proposer une expérience pratique et rémunérée aux enseignants, au cours de leur cursus théorique, de renforcer l’encadrement dans les classes qui en ont le plus besoin et, enfin, de diminuer le coût de la FIE pour la collectivité.
  • Une école dont on sort en maîtrisant la langue. Focaliser notre énergie sur la maîtrise de la langue française et développement de l’esprit critique des élèves. Deux profs par classe durant certaines périodes de la journée pour les élèves les plus jeunes. Un cours de philo et citoyenneté élargi à 2 périodes hebdomadaires, où le fait religieux est présent comme fait historique et fait de société. Où l’on apprend à se situer, à remettre en question et à aiguiser son sens critique face à une croyance ou une information. Où l’on pratique le dialogue entre les différents courants religieux et philosophiques. Individualiser les apprentissages en fonction du profil et des difficultés de l’élève (= différencier). Mettre en place les 10 minutes « Silence, on lit ». Utiliser l’art, la littérature, le théâtre, …. comme incitant à l’apprentissage de la langue.
  • Une école dont on sort bilingue ou trilingue. Apprendre à communiquer et à dialoguer, mais aussi dans la langue de l’autre. Multiplier les chances de s’épanouir personnellement et professionnellement dans une Région cosmopolite et multilingue. Rendre possible l’enseignement immersif à Bruxelles, dans d’autres langues que le néerlandais, tout en maintenant le volume des cours requis dans notre deuxième langue nationale.
  • Une école qui lutte, de toutes ses forces, contre le harcèlement en milieu scolaire. Former les équipes à détecter et prévenir ce fléau. Instaurer des jeux de rôle formant les élèves à l’empathie, dès les classes maternelles. Évaluer de façon bienveillante et formative plutôt qu’au travers d’évaluations-sanction. Pratiquer la remédiation entre élèves et inciter à l’entraide. Cesser d’opposer les concepts d’école bienveillante à école d’excellence.ne pas opposer à rigueur dans les apprentissages).
  • Une école de la modernité où tous les types d’intelligences sont exercés. Abstraite, verbo-linguistique, logico-mathématique, technique, artistique. Mêler apprentissages théoriques avec pratique. Donner du sens.
  • Une école où les filières métiers sont valorisées. Parce qu’elles sont l’avenir! Les métiers de la construction durable, les métiers liés à l’économie circulaire, les métiers liés au codage informatique et à l’intelligence artificielle, les métiers liés à l’agriculture urbaine. Ouvrir 4 écoles de codage à Bruxelles.
  • Régionaliser le financement des bâtiments scolaires afin notamment de pouvoir faire appel à des fonds européens. Isoler et rénover le bâti scolaire. Comment peut-on accepter que nos infrastructures scolaires se trouvent dans un tel état, à l’heure où l’on sait que 60 pc des émissions de gaz à effet de serre sont liés au chauffage des bâtiments ! Construire des DOA (degrés autonomes) et dans le même temps, fermer les filières qualifiantes qui ne qualifient pas !
  • Décloisonner les secteurs de l’enseignement en alternance (FWB) et de la formation en alternance (Régions). Mutualiser nos ressources et, au sein d’un parcours diversifié, des certifications communes.
  • Refinancer l’enseignement supérieur à concurrence de 150 millions. Évaluer le Décret Paysage. Supprimer le contingentement Inami (Fédéral)
  • Mettre un grand débat sur la place de la Culture dans notre société à l’ordre du jour d’un Groupe de Travail parlementaire tous partis confondus, dès l’installation du nouveau parlement de la FWB. Réunir les compétences de la Culture et de la Recherche scientifique sous un même ministère.
  • Travailler à un réel statut d’artiste (Fédéral)

 

Mes projets prioritaires en termes de qualité de l’air, environnement et mobilité :

  • Améliorer l’offre de transports publics en termes d’horaires élargis, de capacité, de fréquence. Investir le réseau ferré bruxellois.
  • Prolonger, en parallèle, les lignes de métro existantes et en créer d’autres – réfléchir, planifier, à moyen et long termes!
  • Offrir un « Pass mobilité » pour faciliter et favoriser le transport multimodal. Ce « Pass » devra rassembler l’ensemble des offres de transport, tant publics que privés. Il se concrétisera en une application en une carte incluant tous les modes que l’on souhaite utiliser. Il suffira de scanner pour passer d’un mode de transport à un autre (ex: tram STIB – trottinette Lime – vélo électrique Jump – train réseau S – avec scan pour la facilité d’usage.
  • Proposer des taxis collectifs (minibus électriques) qui assureront le lien avec les quartiers mal desservis par les transports publics classiques (bus, tram, train).
  • Améliorer les aménagements pour les piétons. Multiplier les pistes cyclables protégées. Proposer des rames de métro spécialement dédiées aux vélos durant les heures de pointe. Lutte contre le vol de vélos. Installer des box sécurisés dans les gares et les parkings de dissuasion. Sécuriser les abords d’écoles.
  • Remplacer la Taxe de Mise en Circulation et la Taxe de Circulation par une Taxe Kilométrique Intelligente. Les automobilistes qui sont contraints d’utiliser leur voiture durant les heures de pointe paieront enfin pour un vrai service, c’est-à-dire une route fluide et sans embouteillages. Avec l’objectif de réduire la circulation automobile de 10 à 15 pc et de faire contribuer les 220.000 navetteurs aux infrastructures de mobilité bruxelloise, dans lesquelles nous réinvestirons de façon massive.
  • Isoler les écoles (fonds européens), montrer l’exemple en procédant à une isolation massive et systématique de nos bâtiments publics. Inciter les propriétaires à isoler leurs maisons et appartements via une réduction progressive de leur Précompte Immobilier et des prêts à taux réduits (tiers investisseur).
  • Rendre possibles le travail à domicile et les horaires flottants dans les administrations et les inciter dans le priv

Mon bilan à Uccle

L’ÉDUCATION ET L’ENSEIGNEMENT: BILAN ET PROJETS D’UNE ÉCHEVINE

 

  1. Instauration d’un enseignement en immersion linguistique

Depuis l’année scolaire 2008-2009, nous avons mis en place un enseignement en immersion à l’école du Homborch. Une commune rassemblant 11 écoles primaires se doit d’offrir un enseignement officiel en immersion linguistique, considérant l’importance de connaître le néerlandais, l’engouement de la population pour ce type de projets, et le nombre d’élèves francophones que les parents inscrivent, par défaut, dans les écoles flamandes.

L’école du Homborch est située aux abords immédiats de Linkebeek, de Rhode et de Beersel, et comporte 3 classes par année. Au départ, nous avons maintenu une filière francophone pour les parents non désireux d’inscrire leurs enfants dans ce projet. Vu le succès rencontré par les classes d’immersion – dont les pionniers se trouvent aujourd’hui en secondaire,le projet a été étendu à toute l’école.

Si les réticences en interne étaient nombreuses et compréhensibles, l’immersion suscite aujourd’hui beaucoup d’enthousiasme à l’école du Homborch.

 

  1. Introduction de l’art dans l’école

Un thème qui m’est très cher : bien entendu, les directions et enseignants ne m’ont pas attendue pour réaliser leurs projets individuels de classes ou d’école mais si ceux-ci, dépendant des sensibilités des uns et des autres devaient évidemment être maintenus, il m’a semblé important de créer des projets communs et fédérateurs pour toutes les écoles dépendant de notre enseignement communal, durant le temps scolaire, mais aussi en extrascolaire.

Les budgets communaux relatifs à l’intervention d’artistes dans l’école dans le temps scolaire, qui n’existaient pas à mon arrivée, sont désormais pérennisés, tant pour l’enseignement maternel et primaire, que pour l’enseignement spécialisé, primaire et secondaire.

En arts plastiques, des artistes travaillent in situ dans certaines écoles, mêlant la cultureaux thèmes de l’année scolaire, aux ateliers informatiques (infographie), au théâtre et aux spectacles, avec la réalisation de décors.

En outre, j’encourage les synergies entre l’école d’Art et les écoles fondamentales.

L’accent a également été placé sur l’art oratoire avec des projets théâtre et déclamation.

La musique, le chant et l’opéra ne sont pas en reste : « Chœurs » et « Orchestre » à l’école,  et « Cantania », “Opéra”, avec des partenaires culturels qui se sont succédé – Bozar et Monnaie principalement.

Nos collaborations avec la Monnaie sont récurrentes depuis 9ans. Elles ont notamment abouti à un opéra créé pour 4 écoles bruxelloises par le compositeur et chef d’orchestre E. Moody, et le chorégraphe franco-vietnamien, Thierry Niang, « Sindbad, a journey through flames ». Les élèves de 5° et 6° primaire de l’école du Centre ont répété toute l’année scolaire avec leurs titulaires, l’équipe de la Monnaie, les élèves des trois autres écoles, soit dans les murs de l’école du Centre, soit à la Monnaie. Trois représentations sur la grande scène de La Monnaie, le soir, en collaboration avec les Chœurs de la Monnaie ont été jouées avec un énorme succès.

Il y a aussi l’initiation à la peinture moderne et contemporaire  dans l’ensemble de nos écoles communales et la création d’un concours artistique Culture/Education ouvert à l’ensemble des écoles situées à Uccle et dont les thèmes successifs ont été l’Europe, le Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, Galilée, une Utopie Environnementale, l’Identité (« Qui suis-je ? Moi et les Autres), une réflexion esthétique (« Qu’est-ce qui est beau, qu’est-ce qui est laid » ?) et, pour la version 2015, un sujet qui nous préoccupe tous et permet aux élèves de développer leur sens critique et créatif : « Je mange, donc je suis ».

 

  1. Education à l’environnement

Comment nier, a fortiori pour une commune ayant adopté un Agenda 21 local, l’importance d’éduquer les acteurs de l’école à l’environnement, des comportements alimentaires aux  gestes quotidiens visant à économiser l’énergie, en passant par la familiarisation à d’autres modes de déplacement. Les réalisations se sont articulées autour de trois grands axes :

  •  Changement d’orientation pour les cantines scolaires par la modification du cahier des charges, visant au choix de produis de saison, de menus composés différemment, de fruits et légumes labellisées « Bio », de produits issus du commerce équitable- potage pour tous les élèves de maternelle à 10 heures
  • Projet l’  « Ecole l’Energie et Moi » mené dans trois écoles pilotes (sensibilisation des élèves et équipes pédagogiques au thème de l’énergie au sens large) et assorti d’actions concrètes menées avec l’aide d’animateurs pédagogiques externes désignés par le Collège
  • Pratique des rangs pédestres accompagnés, mise en place du « Brevet vélo »  en collaboration avec le service Prévention
  • Installation de panneaux photovoltaïques sur les toits de toutes nos écoles communales

Tri des déchets, recyclage, et réduction de ces derniers.

Leçons sur les énergies fossiles et renouvelables, les gestes écologiques, les espèces en voie de disparition.

Composts accessibles aux parents, aux voisinages.

Jardins pédagogiques et potagers/vergers à Calevoet, au Centre, à St Job + Verrewinkel – Centre avec animaux – St Job avec mare pédagogique, observation de grenouilles et d’insectes– Messidor – plantations effectuées par les enfants, vigne, ruche, station météo

Projet de quartier “Incroyables comestiblesau Centre

Sensibilisation aux Plans de Déplacement Scolaires, nombreuses collaborations avec le Gracq.

Collation saine- potage pour tous les élèves de maternelle à 10 heures/ Collaboration Marchés scolaires (prescrits environnementaux)

Panneaux solaires sur tous les toits avec service BC

ICPP: passage lent et progressif vers des machines horticoles électriques et plus thermiques, travail sur fruits et légumes de saison, promotion du vélo et transports en commun via des actions en parallèle avec la STIB, poulailler, sensibilisations,…

 

  1. Philosophie à l’école primaire : bien avant l’adoption du Décret de la Communauté française en juillet 2016

Au-delà du contenu du cours de morale qui comprend aussi de l’éducation à la citoyenneté et peut inclure de la philosophie, en fonction des sensibilités des titulaires du cours, il m’a paru important d’initier les enfants au questionnement, à la rhétorique, à l’argumentation, aux grandes questions universelles, à la remise en question des savoirs, au devoir de mémoire.

À l’amorce, deux enseignantes en morale, passionnées de philosophie ont créé un atelier philo. Nous avons embrayé en engageant des philosophes pour dispenser la méthode philosophique, soit au travers du cours de morale, soit en extrascolaire. Des projets inventifs d’inter-culturalité ont également été menés dans l’une de nos écoles. Le concours annuel Culture/Education permet aussi aux élèves et enseignants de réfléchir ensemble à des thématiques mêlant une forme de questionnement philosophique, dans une démarche créative et ludique.

Depuis la rentrée scolaire de septembre 2016, un Décret de la Communauté française contraint les écoles du réseau officiel à organiser une heure obligatoire hebdomadaire de philosophie & citoyenneté en remplacement des cours de morale/religion. Beaucoup de chemin reste à faire puisqu’à l’heure actuelle, cette réforme désorganise encore plus les établissements par le maintien, pour la seconde heure et pour les parents qui le souhaitent, de la seconde heure de morale/religion. À terme, il serait souhaitable de voir ces cours définitivement et intégralement remplacés par un cours commun de deux heures.

 

     5. Ouverture d’une section « cuisine » à l’ICPP et maintien de la classe « teach » pour autistes

Notre école secondaire d’enseignement spécialisé (types 1 et 2) comportait initialement une section horticulture et une section service aux personnes au sein de laquelle des cours de cuisine étaient proposés.

Nous avons ouvert une troisième section professionnelle « hôtellerie », en désignant à sa tête un chef d’atelier. La formation est désormais certificative pour les élèves souhaitant s’engager dans le métier de commis de cuisine de collectivité.

Cette école comporte en outre des classes adaptées aux autistes, avec un projet particulier (méthode Teach). Nous aurions pour projet de développer au sein de l’ICPP l’enseignement spécifiquement dédié aux élèves autistes, en pratiquant une extension dans un autre bâtiment.

 

  1. Création d’une école « à rayonnement musical »

Il s’agit d’un projet-phare qui constitue une première en Belgique : proposer l’enseignement de la musique de façon systématique, depuis les classes maternelles jusqu’à la sixième année primaire. Le projet a démarré en septembre 2015 et suscite un enthousiasme général auprès de l’équipe éducative.

Les différentes expériences pédagogiques musicales vécues par les enfants au travers de la structure scolaire nous confirment, si besoin est, que l’apprentissage de la musique est une réelle plus-value pour notre enseignement (épanouissement de la personnalité, travail collectif, stimulation de la concentration, augmentation du pouvoir d’écoute, travail sur la globalité de l’être humain, stimulation des diverses formes d’intelligences, développement de la créativité, respect des règles, développement harmonieux de la vie en groupe, renforcement de la rigueur, recherche esthétique, développement des valeurs morales).

D’autre part, l’école du Centre accueille en son sein la structure centrale de notre Académie de Musique susceptible de mettre des ressources spécifiques à notre disposition.

Si des variantes sont largement développées et répandues en France, un tel projet au niveau fondamental n’existe pas encore en Belgique et est donc parfaitement novateur tout en développant et renforçant les qualités portées par les projets Educatif et Pédagogique de notre enseignement communal.

Concrètement, il s’agit de permettre à tous les élèves, depuis la première maternelle, de suivre une formation musicale adaptée dispensée par des pédagogues musiciens, à raison de 4 périodes par semaine, en plus de l’horaire habituel

 

  1. Sensibilisation aux troubles de l’apprentissage, projets d’intégration et projets d’inclusion

La détection précoce des troubles de l’apprentissage est essentielle pour le développement harmonieux de la personnalité de l’enfant qui en souffre. Or, dans la formation initiale des enseignants, rien n’est proposé à cet égard, et la charge repose essentiellement sur les PMS qui ne disposent pas de suffisamment de temps et de personnel pour pratiquer une détection systématique.

La dyslexie, la dyspraxie, l’hyperactivité, les troubles de l’attention et/ou le haut potentiel constituent l’essentiel des troubles rencontrés. Nous avons centré nos actions sur la dyslexie et organisé des formations spécifiques dans toutes les écoles, en collaboration avec le PMS.

De même, nous pratiquons dans nos écoles fondamentales, en collaboration avec la direction, l’enseignant et le secteur associatif, l’intégration d’enfants inscrits dans l’enseignement spécialisé (types 1, 2 et 8).

Nous poursuivons également, en collaboration étroite entre les parents, les directions d’écoles et les enseignants, quelques projets ponctuels d’inclusion d’enfants autistes, malvoyants ou porteurs de handicaps moteurs. Ceci, dans la mesure de nos moyens et après une analyse au cas par cas.

Enfin, nous souhaiterions mettre en place une classe inclusive dès la rentrée de septembre 2019

 

  1. Lutte contre la violence et le harcèlement à l’école:un projet préventif mené durant deux années scolaires

De tous temps, les rapports entre enfants, et dans une moindre mesure, entre enseignants et enfants sont susceptibles d’être problématiques. Le développement des réseaux sociaux n’a rien arrangé à ce phénomène récurrent, qui peut dans certains cas être ressenti comme du harcèlement, et qualifié comme tel, avec des conséquences parfois très lourdes sur le bien-être et la scolarité de l’élève.

Nous avons donc mis en place un projet à long terme, visant à lutter contre le harcèlement et la violence invisible en milieu scolaire, en collaboration avec le Professeur Bruno Humbeeck et son équipe. Création d’espaces de parole régulés, aménagement des cours de récréations, formation in situ de l’ensemble des équipes (enseignants, directions, animateurs) de toutes nos écoles communales par Bruno Humbeecket son équipe universitaire.

Le projet s’est étendu sur deux années scolaires et porte aujourd’hui ses fruits, même s’il convient de poursuivre sans relâche nos efforts pour lutter contre ce fléauqui touche plus d’un élève sur trois.

 

  1. Travail sur l’évaluation en GT et la réforme de la pédagogie: en cours

Il ne faut pas se reposer sur ses acquis ou une réputation. Notre enseignement communal, bien que constamment nourri par un travail quotidien des équipes pédagogiques, doit également évoluer à travers des réformes pédagogiques structurelles à construire en collaboration avec les acteurs de terrain que sont les enseignants et les directions d’écoles.

Un groupe de travail composé d’enseignants maternels et primaire, de directeurs d’écoles, de l’inspecteur pédagogique communal, de la coordinatrice des écoles maternelles, de consultants ponctuels externes et de moi-même a été mis en place depuis l’année scolaire 2015-2016.

Nous travaillons principalement sur le thème de l’évaluation.

Mise en réflexion et en action générale (maternel / primaire) sur le procédé des évaluations impliquant probablement un adaptation et évolution de la pédagogie.

C’est un travail engagé de manière participative avec l’ensemble des équipes pédagogique

 

  1. Exploitation des intelligences multiples par les partenariats avec l’EFP

De même, donner du sens aux apprentissages théoriques en les assortissant d’expériences pratiques, et solliciter toutes les formes d’intelligences de nos élèves (et pas seulement les intelligences abstraites, logico-mathématiques ou verbo-linguistiques), constitue un défi majeur en pédagogie.

À cette fin, nous menons depuis septembre 2015 des partenariats avec l’EFP, centre de formation où nos élèves se rendent dans le cadre de projets bien définis: construction d’une bibliothèque (maths/menuiserie), projet de vente de produits pour financer un voyage scolaire (maths/français/techniques de vente), aménagement d’un jardin en potager (maths/français/sciences/peinture/menuiserie/alimentation).

Ce projet s’étendra d’ailleurs aux garderies de vacances durant lesquelles les animateurs se rendront en groupes d’élèves à l’EFP pour une familiarisation aux métiers (chocolaterie, carrosserie, boulangerie, coiffure,…).

 

  1. Réforme des structures d’accueil durant les vacances: la Plaine d’été et les garderies de vacances

Les parents travaillent de plus en plus et de plus en plus tard. Il était donc impératif de mettre en place de nouvelles lignes directrices et de rendre les structures d’accueil de garderie et de vacances plus dynamiques, mieux encadrées, plus créatives. Un long travail a été mené dans cette perspective et a aujourd’hui abouti, notamment grâce à la création d’un poste de “coordinateur d’accueil extrascolaire” dans nos écoles communales.

 

  1. Travail de liaison entre prégardiennats et première accueil – les transitions – les ateliers autonomes en maternelle: en cours

Le rôle de l’école maternelle a, par le passé, parfois été résumé comme un endroit pour « jouer », sans portée pédagogique particulière. Aujourd’hui, le regard des pédagogues et de la société a considérablement changé. Nous investissons beaucoup d’énergie dans notre enseignement maternel et, plus récemment,dans les transitions entre « prégardiennats et première accueil » et « crèches-prégardiennats ».

 

  1. Nos bâtiments

Enfin, en ce qui concerne les bâtiments scolaires, d’importants travaux ont été réalisés au Val d’Uccle, lieu de classes de neige pour quelque 800 élèves Ucclois par année, et lieu de vacances offert en priorité aux citoyens Ucclois. La construction d’une quatrième crèche, d’une bibliothèque et de nouvelles classes maternellessur le site de l’école du Homborch, a été achevée. La reconstruction des écoles du Merlo (première phase) et des Eglantiers. Le dédoublement dédoublé des classes à l’école de St Job afin de répondre au défi démographique.

 

 

AU JOUR LE JOUR, INDÉPENDAMMENT DES PROJETS MENÉS DANS LES ÉCOLES, LES MISSIONS D’UN ÉCHEVIN

 

Le département de l’Education comprend neuf écoles fondamentales, deux écoles d’enseignement spécialisé (une primaire, une secondaire), deux académies (musique et arts plastiques et visuels), une école de promotion sociale, un centre PMS, et, naturellement tout un service administratif.

Un échevin est avant toute chose le délégué du Collège, soit l’organe exécutif de la Commune. Sa mission première est d’assurer la gestion de la Commune au Collège des Bourgmestre et Echevins. Il est aussi délégué à la gestion journalière d’un département en particulier. Outre le développement de projets, la représentation quotidienne du Pouvoir Organisateur communal dans la gestion de ces différentes structures scolaires ou parascolaires représente déjà un travail important :

 

Gestion du personnel enseignant, administratif, éducatif au sens large (800 personnes au total) en collaboration avec l’Inspecteur Pédagogique communal:

  • sélection – remplacements – engagements : d’un Inspecteur Pédagogique, d’une coordinatrice des écoles maternelles, de directeurs d’écoles fondamentales (6 depuis mon entrée en fonctions), d’un directeur de l’Ecole d’Art, d’un directeur pour l’ICPP (secondaire spécialisé), d’un informaticien délégué aux écoles, de personnel administratif du service de l’Education, mais aussi de certains enseignants (école en immersion) ou structures extrascolaires (moniteurs Plaines d’été)
  • réunion des directions(pédagogiques, administratives, gestion de projets)
  • gestion des relations humaines, des conflits internesau sein d’une école (directions/équipe éducative – directions-enseignants/élèves – équipe éducative)
  • valorisation du travail des enseignants et des élèves par des visites de classes

Gestion des relations des parents d’élèves avec l’école :communication, aide à la résolution de problèmes ou conflits avec la direction

 Gestion des relations de l’école avec la Communauté Française : réunions de travail avec les Inspecteurs sectoriels, représentation du Pouvoir Organisateur communal dans les réunions organisées au sein du Ministère de la CF

Gestion des bâtiments scolaires : interface entre les écoles et les services                      Travaux/Architecture/Bâtiments communaux, tenue de réunions Travaux/Education rassemblant directions d’école et direction des services Travaux/Architecture/Bâtiments communaux, passant en revue les 15 bâtiments scolaires

Gestion des relations entre le Pouvoir Organisateur et les organisations syndicales au sein d’une Commission Paritaire Locale (COPALOC)

 

 

LES PROJETS EN COURS

 

  • Extension de l’école de Calevoet
  • Rénovation et reconstruction partielle de l’école du Merlo (deuxième phase)
  • Extension de l’offre communale pour élèves autistes, notamment via l’ICPP
  • Création d’une offre communale d’enseignement en type 2
  • L’éducation aux médias, aux nouvelles technologie, au coding informatique, au discernement et à l’esprit critique : l’un des grands défis pour des élèves de plus en plus connectés
  • Le Centre culturel d’Uccle doit bénéficier plus fréquemment à nos élèves
  • Et toujours, le travail de fond de renouvellement de nos méthodes pédagogiques

 

Joëlle Maison