Députée de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Députée bruxelloise

Echevine chargée de l’éducation, de l’enseignement, des affaires juridiques et de la tutelle sur le Val d’Uccle entre 2006 et 2018


Mon activité récente :

4 days ago

Joëlle Maison

Pas de rock endiablé cette année, mais beaucoup de rires et d’émouvantes retrouvailles à l’occasion de la fête du personnel communal au Centre culturel d’Uccle. ... See MoreSee Less

Comment on Facebook

❤❤❤❤👍

4 days ago

Joëlle Maison

Education à la Philosophie et à la Citoyenneté. 3.439 ème épisode.
Comme souvent, le Gouvernement s’est arrêté à mi-chemin.

Une heure, obligatoire pour tous les élèves dans l’enseignement officiel.
Pour la deuxième heure, les parents peuvent choisir 7 cours différents: de religions, de morale, ou de renforcement à la Philosophie et à la Citoyenneté...

Va-t-on cesser de séparer les élèves sur base des convictions de leurs parents ? Favoriser le dialogue inter-convictionnel ? Cesser de rendre l’organisation des horaires impossible pour les équipes pédagogiques ? Se centrer sur les missions essentielles de l’école que sont la maîtrise de la langue, l’éducation à un esprit libre et critique, l’acquisition de compétences qui permettront à l’élève de s’orienter et d’exercer ses choix de façon libre et éclairée ?
Nul ne le sait encore. Un groupe de travail, non encore constitué va « se pencher sur la question ».

Dans cette attente (sachant qu’elle sera interminablement longue), que fait-on ?
Comment enseigner les religions et la morale, pour celles et ceux qui posent ce choix, afin de favoriser la connaissance de toutes les religions et le dialogue entre enfants issus de différentes cultures et religions ?

À Hambourg, voici 25 ans que l’on propose des « cours de religion pour tous », ouverts aux enfants de toutes les croyances (musulmans, alevis, juifs, bouddhistes, protestants,...). Voici 25 ans que Hambourg a considéré que le modèle d’un cours classique de religion n’était plus adapté à une société plurielle.

Nous avions bien tenté à Uccle, il y a quelques années, une expérience similaire à l’école de Messidor, suscitant l’enthousiasme des élèves, de l’équipe pédagogique, des professeurs de religions et de morale. Avant que trois inspecteurs de religion viennent nous dénoncer auprès de notre Bourgmestre et exercer un chantage aux subsides afin de nous interdire de la poursuivre.

Au-delà des réformes qui s’inscrivent dans un temps long, la ministre de l’Enseignement et le Gouvernement de la Communauté française disposent de leviers pour prendre des mesures fortes, produisant des résultats à court terme, dans le respect de chacune et de chacun, sans moyens supplémentaires, et dans le respect de la Constitution.

Qu’attend-t-on pour nous montrer créatifs pour gérer un entre-deux qui risque bien de s’éterniser ?

C’était l’objet de ma question d’actualité au parlement de la Communauté française.
... See MoreSee Less

Education à la Philosophie et à la Citoyenneté. 3.439 ème épisode. 
Comme souvent, le Gouvernement s’est arrêté à mi-chemin. 

Une heure, obligatoire pour tous les élèves dans l’enseignement officiel. 
Pour la deuxième heure, les parents peuvent choisir 7 cours différents: de religions, de morale, ou de renforcement à la Philosophie et à la Citoyenneté... 

Va-t-on cesser de séparer les élèves sur base des convictions de leurs parents ? Favoriser le dialogue inter-convictionnel ? Cesser de rendre l’organisation des horaires impossible pour les équipes pédagogiques ? Se centrer sur les missions essentielles de l’école que sont la maîtrise de la langue, l’éducation à un esprit libre et critique, l’acquisition de compétences qui permettront à l’élève de s’orienter et d’exercer ses choix de façon libre et éclairée ?
Nul ne le sait encore. Un groupe de travail, non encore constitué va « se pencher sur la question ».

Dans cette attente (sachant qu’elle sera interminablement longue), que fait-on ?
Comment enseigner les religions et la morale, pour celles et ceux qui posent ce choix,  afin de favoriser la connaissance de toutes les religions et le dialogue entre enfants issus de différentes cultures et religions ?

À Hambourg, voici 25 ans que l’on propose des « cours de religion pour tous », ouverts aux enfants de toutes les croyances (musulmans, alevis, juifs, bouddhistes, protestants,...). Voici 25 ans que Hambourg a considéré que le modèle d’un cours classique de religion n’était plus adapté à une société plurielle. 

Nous avions bien tenté à Uccle, il y a quelques années, une expérience similaire à l’école de Messidor, suscitant l’enthousiasme des élèves, de l’équipe pédagogique, des professeurs de religions et de morale. Avant que trois inspecteurs de religion viennent nous dénoncer auprès de notre Bourgmestre et exercer un chantage aux subsides afin de nous interdire de la poursuivre.

Au-delà des réformes qui s’inscrivent dans un temps long, la ministre de l’Enseignement et le Gouvernement de la Communauté française disposent de leviers pour prendre des mesures fortes, produisant des résultats à court terme, dans le respect de chacune et de chacun, sans moyens supplémentaires, et dans le respect de la Constitution.

Qu’attend-t-on pour nous montrer créatifs pour gérer un entre-deux qui risque bien de s’éterniser ?

C’était l’objet de ma question d’actualité au parlement de la Communauté française.Image attachmentImage attachment

1 week ago

Joëlle Maison

Commission Education de ce 14 janvier - compte-rendu de l’une de mes interventions de la matinée.

Les professeurs de l’Enseignement Artistique à Horaire Réduit (ESAHR) doivent être titulaires d’un titre de Master (5 ans) pour pouvoir enseigner en académie.
Ces professeurs continuent pourtant d’être rémunérés suivant le barème correspondant à 3 ans d’études (Barème 301).

Tout au long de la législature passée, je n’ai eu de cesse de m’insurger contre cette situation injustifiable.

L’argument financier fut longtemps avancé pour justifier le refus d’aligner les salaires des professeurs de l’ESAHR sur ceux des autres catégories d’enseignants.

« La Fédération Wallonie-Bruxelles ne peut se permettre cette dépense estimée à 10 millions d’euros », me répondait-on !
La charge d’un juste salaire pour une entité publique pourrait-il donc justifier une inéquité ?

Le gouvernement promit toutefois une « étude juridique » qui s’étendit sur plus de trois ans. Cette question, très simple, ne semblait pourtant pas nécessiter de longs palabres.

Dans les derniers mois de la législature, le gouvernement prit la décision d’entreprendre une réforme ces barèmes et de permettre à certains détenteurs d'un Master d'être rémunérés à hauteur de leur diplôme, c’est-à-dire au barème 501.

Sur les 1.112 membres du personnel de l’ESHAR, 643 professeurs seulement sont concernés par la possibilité d’adaptation de leur barème.

Bien que l’on constate une certaine évolution, ces nouvelles dispositions créent de nouvelles inégalités au sein des professeurs d’académies. En outre, on exige de leur part de suivre un module complémentaire de 60 heures alors que toutes et tous ont déjà suivi une longue formation et bénéficient d’une incontestable expérience, très longue pour certains.

Sachant que le précédent gouvernement estimait le coût annuel du rehaussement des barèmes à 10 millions d’euros et que l’ajustement ici proposé en coûtera la moitié, nous pouvons aisément comprendre les motifs qui ont conduit le gouvernement à n’accorder qu’à 643 professeurs sur 1.112 un sésame vers le barème 501.

Traiter de façon différente des personnes exerçant les mêmes métiers pour des motifs budgétaires alors qu’il y a tant de pistes d’économies dans les dépenses publiques de la FWB.
Leur imposer une exigence de formation complémentaire alors qu’ils sont déjà largement formés et se forment tous les jours sur le terrain.

Et, je viens de l’apprendre à l’écoute de la réponse de la ministre, le contenu de ce fameux module obligatoire de 60 heures est loin d’être prêt.

Autant dire que ce n’est pas pour tout de suite que les 643 professeurs concernés auront la possibilité de se voir enfin rémunérés à leur juste barème.
... See MoreSee Less

Commission Education de ce 14 janvier - compte-rendu de l’une de mes interventions de la matinée.

Les professeurs de l’Enseignement Artistique à Horaire Réduit (ESAHR) doivent être titulaires d’un titre de Master (5 ans) pour pouvoir enseigner en académie. 
Ces professeurs continuent pourtant d’être rémunérés suivant le barème correspondant à 3 ans d’études (Barème 301). 

Tout au long de la législature passée, je n’ai eu de cesse de m’insurger contre cette situation injustifiable.

L’argument financier fut longtemps avancé pour justifier le refus d’aligner les salaires des professeurs de l’ESAHR sur ceux des autres catégories d’enseignants. 

« La Fédération Wallonie-Bruxelles ne peut se permettre cette dépense estimée à 10 millions d’euros », me répondait-on !
La charge d’un juste salaire pour une entité publique pourrait-il donc justifier une inéquité ?

Le gouvernement promit toutefois une « étude juridique » qui s’étendit sur plus de trois ans. Cette question, très simple, ne semblait pourtant pas nécessiter de longs palabres.

Dans les derniers mois de la législature, le gouvernement prit la décision d’entreprendre une réforme ces barèmes et de permettre à certains détenteurs dun Master dêtre rémunérés à hauteur de leur diplôme, c’est-à-dire au barème 501. 

Sur les 1.112 membres du personnel de l’ESHAR, 643 professeurs seulement sont concernés par la possibilité d’adaptation de leur barème. 

Bien que l’on constate une certaine évolution, ces nouvelles dispositions créent de nouvelles inégalités au sein des professeurs d’académies. En outre, on exige de leur part de suivre un module complémentaire de 60 heures alors que toutes et tous ont déjà suivi une longue formation et bénéficient d’une incontestable expérience, très longue pour certains.

Sachant que le précédent gouvernement estimait le coût annuel du rehaussement des barèmes à 10 millions d’euros et que l’ajustement ici proposé en coûtera la moitié, nous pouvons aisément comprendre les motifs qui ont conduit le gouvernement à n’accorder qu’à 643 professeurs sur 1.112 un sésame vers le barème 501.

Traiter de façon différente des personnes exerçant les mêmes métiers pour des motifs budgétaires alors qu’il y a tant de pistes d’économies dans les dépenses publiques de la FWB.
Leur imposer une exigence de formation complémentaire alors qu’ils sont déjà largement formés et se forment tous les jours sur le terrain.

Et, je viens de l’apprendre à l’écoute de la réponse de la ministre, le contenu de ce fameux module obligatoire de 60 heures est loin d’être prêt. 

Autant dire que ce n’est pas pour tout de suite que les 643 professeurs concernés auront la possibilité de se voir enfin rémunérés à leur juste barème.

1 week ago

Joëlle Maison

Au programme de ce samedi, animation d’ateliers, préparation et tenue de débats avec des enfants de 10-13 ans dans le cadre des activités de l’asbl TADA.

Élargir les perspectives d’enfants scolarisés dans des écoles à encadrement différencié, leur donner un aperçu des différents métiers, les aider à découvrir leur potentiel et ce qui les passionne, leur donner confiance. Voilà quelques-uns des nobles objectifs que cette asbl s’est assignés.

Utile et passionnant.
... See MoreSee Less

Au programme de ce samedi, animation d’ateliers, préparation et tenue de débats avec des enfants de 10-13 ans dans le cadre des activités de l’asbl TADA.

Élargir les perspectives d’enfants scolarisés dans des écoles à encadrement différencié, leur donner un aperçu des différents métiers, les aider à découvrir leur potentiel et ce qui les passionne, leur donner confiance. Voilà quelques-uns des nobles objectifs que cette asbl s’est assignés.

Utile et passionnant.

2 weeks ago

Joëlle Maison

Matinée de « mise au vert » avec beaucoup d’émulation, de réflexion, de créativité, mais pas beaucoup de vert. ... See MoreSee Less

Matinée de « mise au vert » avec beaucoup d’émulation, de réflexion, de créativité, mais pas beaucoup de vert.Image attachmentImage attachment

Comment on Facebook

Bahhhh Marie Nagy elle est un peu verte quand même 😉😂

Load more

 

 

Close